Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 14:58

 

Ni trafiquantes, ni délinquantes, ces personnes, inquiétées, intimidées, poursuivies et désormais condamnées, sont avant tout des défenseurs des droits humains.

Car il s’agit bien de protéger les droits violés des personnes migrantes et réfugiées, qui sont confrontées à l’inaction, aux défaillances et même aux atteintes à ces droits portées par les autorités françaises.

 

 

La décision rendue par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence le 8 août condamnant Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis ouvre la voie à la condamnation de multiples personnes dont la seule motivation est de porter assistance aux personnes migrantes et réfugiées sans autre contrepartie que de voir les droits humains respectés.

 

Nos organisations* s’inquiètent de la décision rendue par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence ce mardi 8 août condamnant Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis. Ce jugement ouvre la voie à la condamnation de multiples personnes dont la seule motivation est de porter assistance aux personnes migrantes et réfugiées sans autre contrepartie que de voir les droits humains respectés.

 

Cette motivation ne fera jamais d’eux, ni de nous, des trafiquants de migrants. Que l’on ne se méprenne pas : selon le droit international, le trafic de migrants implique d’en retirer un bénéfice matériel ou financier, pas moral.

 

Et selon ces mêmes règles internationales, qui lient les autorités françaises, l’État doit prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les personnes ou associations qui œuvrent à la protection des droits humains et qui en dénoncent les violations.

 

Signer la pétition : Morts en mer, l'Europe doit sauver des vies

 

Aux déclarations d’intention du gouvernement et du Président, répondent les situations inhumaines à Calais, dans les campements parisiens et à la frontière franco-italienne. Toutes se caractérisent par leurs cortèges d’atteintes aux droits fondamentaux des personnes migrantes et réfugiées, conséquences d’une politique de dissuasion et de répression.

 

A ces atteintes, s’ajoutent les entraves délibérément portées à l’action des organisations non gouvernementales qui pallient les défaillances de l’Etat et s’assurent que la dignité de ces personnes migrantes et réfugiées soit respectée. Des consultations et des distributions alimentaires sont interrompues par les forces de l’ordre, des intimidations et des pressions sont menées pour dissuader celles et ceux qui se mobilisent au quotidien pour porter assistance et secours aux personnes migrantes et réfugiées.

 

Les personnes que nous rencontrons sont épuisées physiquement et moralement, avec de fréquentes blessures liées à leur parcours. Pour la plupart, elles ont dû fuir les violences dans leur pays, traverser des territoires hostiles, affronter la Méditerranée pour finir par atteindre une Europe qui tourne le dos à ses propres valeurs d’accueil et de protection.

 

Nous rappelons à notre gouvernement que l’hébergement d’urgence, l’accès aux soins, la protection de l’enfance et l’accès au droit d’asile sont autant d’obligations à sa charge. Nous rappelons avec vigueur que si aujourd’hui des citoyens sont exposés à des poursuites et à des condamnations judiciaires c’est uniquement en conséquence de la politique qu’il met en œuvre. Nous, associations de solidarité et de défense des droits humains, nous réaffirmons qu’il est de notre devoir de continuer à aider, soigner et dénoncer ces violations des droits humains sur le sol français.

 

Il est urgent et indispensable que la politique du gouvernement français soit réorientée de façon à répondre à l’impératif respect de la dignité des personnes migrantes et réfugiées et à la nécessaire protection de celles et ceux qui leur apporte leur aide.

 

* Amnesty International France , La Cimade , Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières, Secours Catholique- Caritas France

 

            

 

 

 

 

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 15:36

#FreeRightsDefenders :

la pression internationale s'intensifie

La pression internationale s’intensifie à l’égard de la Turquie alors que des dirigeants du monde entier demandent la libération des militants emprisonnés.

L’emprisonnement de ces six militants des droits humains, dont la directrice d’Amnesty International Turquie,

a poussé des dirigeants du monde entier à rompre leur silence sur la crise des droits humains qui a cours en Turquie.

Une mobilisation internationale à saluer

Ils se rassemblent désormais avec une rapidité admirable, et s’expriment avec une rare unité. Cette dynamique gagne en puissance et le moment est venu pour d’autres dirigeants du monde de faire entendre leur voix . Quelques jours à peine après le placement en détention provisoire de six défenseurs des droits humains en Turquie, la Commission européenne a rejoint des gouvernements et des dirigeants du monde entier, dont Angela Merkel, pour demander leur libération immédiate et sans condition.

La demande mondiale adressée aux autorités turques pour qu’elles libèrent immédiatement et inconditionnellement ces six personnes est de plus en plus forte, tout comme l’appel plus général à ce que la Turquie mette fin à la répression brutale qui a ravagé le pays au cours de l’année écoulée.

Si les personnes responsables de ce coup d’état sanglant doivent évidemment être traduites en justice, cela ne doit pas servir de prétexte à une élimination de toute forme de dissidence pacifique.

 

Signer la pétition :

liberté pour la directrice générale d'Amnesty Turquie et des défenseurs des droits humains dans ce pays

Une liste qui doit s'agrandir

Jeudi 20 juillet 2017, un porte-parole de la Commission européenne a appelé à la « libération immédiate de ces personnes ». Cet appel fait suite à plusieurs autres demandes similaires faites par les gouvernements allemand, américain, français, belge, irlandais et autrichien.

Commission européenne - « Nous demandons la libération de ces personnes. » (20/07/2017)

États-Unis - « Ces arrestations à caractère politique ont été menées pour effrayer et réduire au silence les personnes prêtes à défendre les droits humains en Turquie… J’appelle les autorités turques à libérer immédiatement et sans condition Idil Eser et les autres militants. » (18/07/2017)

Angela Merkel - « Voici une nouvelle affaire où, selon nous, des innocents ont été pris dans les rouages du système judiciaire et se sont retrouvés en détention… Nous affirmons notre solidarité avec [Peter Steudtner] et avec les autres personnes arrêtées… Le gouvernement allemand fera tout son possible, à tous les niveaux, pour assurer sa libération. » (18/07/2017)

Allemagne - « Les allégations de liens avec le terrorisme sont absurdes. Il est consternant d’accuser Amnesty et d’autres organisations de défense des droits humains de terrorisme. » (18/07/2017)

France - « La France reste préoccupée par les arrestations qui ont visé récemment des responsables turcs d’Amnesty International ainsi que d’autres défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes. Nous demandons leur libération rapide. » (18/07/2017)

Belgique - « Le Ministre appelle les autorités turques à cesser toutes les poursuites à l'encontre des 11 personnes concernées, immédiatement et sans conditions. » (17/07/2017)

Autriche - « C’est une tentative évidente pour intimider et réduire au silence les défenseurs des droits humains. Nous agirons à tous les niveaux pour demander leur libération immédiate. » (20/07/2017)

Irlande - « Le fait de cibler des militants des droits humains n’est pas une attitude digne d’un pays qui respecte les droits humains fondamentaux et l’état de droit, et j’appelle les autorités turques à libérer les personnes arrêtées. » (20/07/2017)

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 09:43
 
Une dizaine de militants des droits de l'homme
 
dont la directrice d'Amnesty en Turquie
 
ont été entendus lundi 17 juillet au tribunal d'Istanbul
 
et sont maintenus en détention.
 
 
Mercredi 5 juillet au matin, la police turque arrêtait dix défenseurs des droits humains qui participaient à un séminaire de formation dans un hôtel d’Istanbul. Parmi les personnes arrêtées, Idil Eser, directrice d’Amnesty International en Turquie. Un mois plus tôt, c’est son président, Taner Kiliç, qui était arrêté avec 21 autres avocats.
 
Les « Dix d’Istanbul » sont mis en cause pour « appartenance à une organisation terroriste armée ». Ils sont présentés dans les médias officiels turcs comme des agents et des espions. Pendant 28 heures, ils ont été détenus dans un lieu secret, sans aucun contact avec l’extérieur, ni famille, ni avocat. Leur garde à vue a été prolongée le 6 juillet, puis le 11.
 
Le 18 juillet, au terme de 12 jours de garde à vue, la justice turque a placé 6 défenseurs des droits humains, dont Idil Eser, en détention provisoire dans l’attente de leur procès. 4 d’entre eux ont été placés en liberté conditionnelle. Tous sont inculpés sans fondement de « commission d’un crime au nom d’une organisation terroriste sans en être membre ».
 
Les 10 défenseurs risquent jusqu’à 10 ans de prison.
 
 
Absurde et scandaleux ?
 
Oui, mais une scène quotidienne dans la Turquie d’aujourd’hui.
 
 
L’arrestation d’Idil Eser a été médiatisée autant en France que dans le monde. Avant elle, celle de l’écrivaine et journaliste Asli Erdogan en août 2016 et celle du journaliste Mathias Depardon en mai dernier avaient fait couler beaucoup d’encre.
 
Ces arrestations laissent apparaître un futur de plus en plus sombre pour la défense des droits humains. Depuis un an, et le coup d’État avorté, ces arrestations, d’exceptionnelles, sont devenues la norme. Les autorités turques ont certes le droit et le devoir de poursuivre en justice les responsables du coup d’État manqué. Mais il est évident que celui-ci est devenu le prétexte à la mise au pas de toutes les voix critiques du pouvoir en Turquie.
Selon des estimations basses, plus de 50 000 personnes ont été détenues et arrêtées depuis le 15 juillet dernier. En moyenne, 136 personnes par jour. Parmi elles, au moins 130 journalistes, 12 députés d’opposition kurdes, des dizaines d’avocats, de juges, d’intellectuels et d’universitaires. Près de 160 médias et 400 ONG ont été fermés, plus de 110 000 personnes ont été limogées.
 
Le séminaire de formation durant lequel Idil et ses collègues ont été arrêtés visait précisément à faire face à un environnement devenu de plus en plus hostile et menaçant. Quelles règles de sécurité, physiques, aussi bien que numériques, mettre en place pour ne pas être espionnés, hackés, harcelés, menacés ? Comment garder le moral dans un contexte de stress intense où voir ses amis et collègues arrêtés est devenu une habitude, où l’on peut être le prochain sur la liste, dans l’unique but de vous faire taire ?
 
Dans cette répression à grande échelle, l’arrestation de ces 10 défenseurs des droits humains reconnus marque un nouveau tournant dans la dérive autoritaire du gouvernement turc. C’est aussi la première fois dans son histoire qu’Amnesty International voit deux de ses dirigeants dans un même pays emprisonnés, et cela en moins d’un mois. Aucun défenseur des droits humains ne peut se considérer encore à l’abri en Turquie.
 
Cette dérive n’a qu’un responsable : les autorités turques. Mais elle est grandement facilitée, voire encouragée, par l’absence ou la timidité des réactions de nos dirigeants européens, et particulièrement français. Il est temps que cela cesse et que les droits humains soient au cœur des relations de l’Union européenne et de la Turquie.
 
Nous, signataires, appelons les autorités françaises et européennes à adopter un discours et des actes enfin à la hauteur de la répression qui s’exerce contre la société turque dans son ensemble et contre ces défenseurs des droits humains en particulier.
 
Nous appelons les autorités turques à libérer immédiatement
et
inconditionnellement ces dix défenseurs des droits humains.
 
Notre combat ne s’arrêtera que lorsqu’ils seront tous libres.
 
Organisations
 
Camille Blanc, présidente et Sylvie Brigot-Vilain, directrice générale, Amnesty International France ; Umit Metin, coordinateur de l’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie - ACORT ; Sylvie Bukhari de Pontual, Présidente Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - CCFD ; Bernard Dreano, Président du CEDETIM, cofondateur du réseau Helsinki Citizens' Assembly International ; Michel Tubiana, président réseau Euromed Droits ; Bénédicte Jeannerod, Directrice générale France, Human Rights Watch  ; Malik Salemkour, Président Ligue des Droits de l’homme ; Renée Le Mignot, présidente du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples - MRAP ; Dominique Attias, Vice Bâtonnière et Frédéric Sicard, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Paris ; Christophe Deloire, Secrétaire général Reporters sans frontières ; Clarisse Talon, présidente Syndicat de la Magistrature ; Vincent Lanier, Premier secrétaire général, Syndicat National des Journalistes - SNJ ; Martin Pradel, avocat et Directeur des droits de l’Homme de l’Union Internationale des Avocats.
 
Personnalités
 
Sophia Aram, comédienne ; Robert Badinter, ancien président du Conseil constitutionnel français, Professeur émérite à l’université Paris I - Panthéon-Sorbonne ; Juliette Binoche, comédienne ; Jane Birkin, chanteuse ; Jacques Bouyssou, Avocat, Ancien Membre du Conseil de l’Ordre ; Hamit Bozarslan, directeur d’études, EHESS ; C215, Graffeur ; Dan Franck, écrivain ; Olivier Gluzman, manager de Jane Birkin et directeur des Visiteurs du soir ; Kaddour Hadadi (HK), chanteur ; Isabelle Huppert, comédienne ; Agnes Jaoui, comédienne ; Angélique Kidjo, chanteuse ; Nicolas Lambert, comédien ; Marc Levy, écrivain ; François Morel, comédien ; Franck Pavloff, écrivain ; Natacha Régnier, comédienne ; Paul Rondin, Directeur délégué du Festival d’Avignon ; Lambert Wilson, comédien
 
 
Tribune publiée dans Libération du 17/07/17 :
 
Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 12:31

 

Le Président Macron accueille aujourd’hui le Président américain à Paris.

 

A cette occasion, interpellons-le tous pour qu’il exprime le profond désaccord de la France concernant le décret interdisant l’entrée sur le sol américain des ressortissants de six pays à majorité musulmane, y compris des réfugiés.

 

INTERPELLEZ LE PRÉSIDENT DONALD TRUMP

Non au décret anti-réfugiés !

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 15:47
 
 
 



 

Réagissant aux informations signalant qu'Idil ESER, directrice d'Amnesty International Turquie, a été arrêtée le 5 juillet en même temps que sept autres défenseurs des droits humains et deux formateurs lors d'un séminaire sur la sécurité numérique et la gestion des données à Büyükada, au sud d'Istanbul, Salil SHETTY, secrétaire général d'Amnesty International, a déclaré :
 
« Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que d'éminents défenseurs turcs des droits humains, parmi lesquels se trouve la directrice d'Amnesty International Turquie, ont été arrêtés sans aucune raison.
 
Cela constitue un abus de pouvoir grotesque et montre bien que la situation des militants des droits humains dans le pays est difficile. Idil ESER et les personnes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle doivent être remises en liberté immédiatement et sans condition »
 
Salil SHETTY, secrétaire général d’Amnesty International.
 
« Le placement en détention au secret de ces défenseurs des droits humains qui participaient à un séminaire des plus banals, constitue un abus de pouvoir grotesque et montre bien que la situation des militants des droits humains dans le pays est difficile. Idil ESER et les personnes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle doivent être remises en liberté immédiatement et sans condition ».
 
« Les dirigeants de la planète actuellement réunis à Berlin ont été remarquablement tolérants à l'égard de la dégradation de la situation des droits humains en Turquie. Compte tenu de la présence à leurs côtés actuellement du président ERDOĞAN, le moment est particulièrement propice pour tenir un discours de fermeté et demander la libération de tous les défenseurs des droits humains actuellement détenus. »
 
CONTEXTE
 
On ignore actuellement où se trouvent Idil ESER et les personnes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle.
 
D'après les informations dont dispose le secrétariat international d'Amnesty, Idil ESER et les autres détenus n'ont pas été autorisés à contacter des avocats, ce que la police est autorisée à empêcher pendant 24 heures, ni les membres de leur famille, alors que cela doit être accordé immédiatement.
 
La police a dit aux avocats qu'ils recevraient des informations ce 6 juillet.
 
Les défenseurs des droits humains qui ont été arrêtés sont : İlknur ÜSTÜN, de la Women's Coalition, İdil ESER, d'Amnesty International, Günal KURSUN, avocat à la Human Rights Agenda Association, Nalan ERKEM, avocate à Citizens Assembly, Nejat TASTAN, d'Equal Rights Watch Association, Özlem DALKIRAN, de Citizens’ Assembly, Şeyhmuz ÖZBEKLI, avocate, et Veli ACU, de la Human Rights Agenda Association.
 
Deux formateurs étrangers – de nationalités allemande et suédoise – ainsi que le propriétaire de l'hôtel ont également été arrêtés.
 

Ces arrestations ont eu lieu moins d'un mois après le placement en détention du président d'Amnesty International Turquie, Taner KILIÇ, pour des charges sans fondement.

Il a été arrêté avec 22 autres avocats, accusés d’appartenir au mouvement de Fethullah GÜLEN. En s’attaquant à ce défenseur majeur des droits humains, le gouvernement turc poursuit sa politique de répression contre la société civile.

 

NOUS APPELONS A UN RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN
LUNDI 10 JUILLET

A PARTIR DE 18H PLACE DU CAPITOLE A TOULOUSE

 

Signez la pétition pour exiger la libération de la directrice d'Amnesty Turquie et de neuf autres personnes

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 13:43

 

Au sommaire, le dernier rapport d'Amnesty sur l'Etat d'urgence et la liberté de manifester en France ; vous pouvez interpeller, Emmanuel Macron, nouveau président de la République.

Agissez : https://www.amnesty.fr/actions/emmanuel-macron-droit-de-manifester

 

La lutte contre les homosexuels en Tchétchénie et l'arrestation du président d'Amnesty en Turquie où la répression de la société civile continue.

 

Demandez la : Liberté immédiate pour le Président Amnesty Turquie

 

Bonne écoute et bonnes vacances

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 16:24
14 ASSOCIATIONS INTERNATIONALES ET LOCALES MOBILISÉES POUR FÊTER CETTE JOURNÉE A TOULOUSE

 

 

 

 
Plus de 21 millions de personnes dans le monde ont été forcées de tout laisser derrière elles pour fuir un conflit ou échapper à des persécutions liées à leurs opinions, leurs croyances ou leur identité.
 
Contrairement aux idées préconçues qui circulent parfois, la grande majorité des 21 millions de réfugiés - 86 % exactement - trouvent refuge dans un pays voisin ou proche, le plus souvent un pays en développement (Jordanie, Turquie, Pakistan, Liban, Iran, Éthiopie…)
 
Ces pays d'accueil assument une part de responsabilité disproportionnée. Les pays plus riches, dont la France, ne font pas assez, aujourd’hui, pour assurer l’accueil et la protection de ces réfugiés (notre pays se situe au 18e rang des pays d’accueil). Pourtant, la volonté de la population de les accueillir est réelle.
 
 Nous vous proposons un événement militant et festif à Toulouse
 
pour célébrer cette volonté et donner la possibilité d’exprimer les raisons pour lesquelles
 
Nous sommes, Vous êtes
en faveur d’une politique d’accueil digne.
 
 

 

 
Derrière ce mot « réfugiés » se trouvent des hommes, des femmes, des enfants, nos semblables qui ont besoin de nous et qui ont également beaucoup à apporter. S’ils se sentent bienvenus, s’ils sont accueillis humainement et dignement, ils pourront s'installer et se reconstruire plus facilement et notre vie ensemble n'en sera que meilleure.
 
Quatorze associations se rassembleront de 18h à 22h pour célébrer avec le public cette journée internationale des réfugiés. Tous ceux qui souhaitent exprimer leur volonté de secourir et accueillir à Toulouse sont invités à se joindre à ce rendez-vous.
 
Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 13:34
C'était Biocybèle 2017

Le week-end à Biocybèle à Graulhet, les 4 et 5 juin dernier, est un bon moment pour les droits de l'homme; c'était avec Jean, Patricia, Zachar, Terry, Jean-Louis et Jean-Michel .

Nous avons eu des contacts sur le stand avec environ 200 personnes durant le week-end et recueilli plus de 700 signatures pour :

 

- défendre  enfants et adultes exploités pour l'extraction de l'huile de palme;

 

- demander la libération de Shawkan, photojournaliste, emprisonné sans jugement,en Egypte;

 

- demander la libération immédiate de 2 jeunes azerbaïdjanais condamnés à 10 ans de prison pour un simple graffiti;

 

- demander la libération et une enquête impartiale pour Véronica Razo, mexicaine, emprisonnée depuis 6 ans, coupable d'aucun crime et ayant subie des actes de tortures;

 

Merci à celles et ceux qui ont répondu favorablement

à notre sollicitation.

 

 

Nous avons pu envoyer, en Turquie,100 lettres au ministre de la Justice en Turquie, pour demander la libération des journalistes emprisonnés sans motif..

 

Pour poursuivre allez sur le site : amnesty.fr

 

N'oubliez pas : Vos signatures ont du pouvoir

 

 

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:28

On vous attend à Graulhet

Dimanche 04 et Lundi 05 juin

 

Au stand Amnesty International

pour vous parler des droits de l'homme et

pour vous proposer des actions contre les violations des

droits humains dans le monde

 

 

N'oubliez pas "Vos signatures ont du pouvoir"
 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 12:56

Elle aura lieu les 17  et 18 juin à PARIS

 

 

 

Les groupes

de la Région Midi- pyrénées

se sont réunis à Toulouse, ce samedi 20 mai, pour

préparer cet évènement.

La matinée a été réservée à l'intervention de Gregory Loison, salarié d'Amnesty France, venu parler de l'évolution indispensable du miltantisme à Amnesty à l'appui de l'évolution du nombre de ses membres: actuellement vers les 100 000 membres;

L'après-midi a permis de prendre connaissance pour les futurs participants des sujets soumis à la discussion et au vote de 2 groupes de travail ou de l'assemblée pleinière ;

Il faut souligner 2 tendances, traduction des évoluitons :

- une forte préoccupation de donner une vrai place aux jeunes dans le fonctionnement d'Amnesty;

- de proposer d'oeuvrer à l'international pour la création d'un nouveau statut de "Réfugiés environnementaux".

 

Souhaitons leur un bonne assemblée.

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Amnesty International Albi
  • Le blog d' Amnesty International  Albi
  • : Blog du groupe d'Albi (Albi, Gaillac, Carmaux....)
  • Contact

Emissions mensuelles Radio Albigès

Les Chroniques amnestiennes sur les droits de l'homme dans le monde

4ème lundi de chaque mois à 14h30 et 22h30 puis le vendredi de la même semaine à 13h.

https://hearthis.at/amnestyinternationalalbi-tb/

Actions Urgentes

Interview de Cathy Mayor, responsable Action urgente à Amnesty France

Vous pouvez agir de manière directe et rapide, avec 12 000 autres personnes en France, en faveur de personnes dont l'intégrité physique ou la vie sont menacés de manière imminente .

https://hearthis.at/amnestyinternationalalbi-tb/