Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 09:49

Résultat de recherche d'images pour "drapeau lgbt"
 

Alerte en Tchétchénie

Il faut faire la lumière sur les

exactions

contre les homosexuels

Le 1er avril, le journal russe indépendant Novaya Gazeta a indiqué que plus d'une centaine d’hommes suspectés d'être homosexuels avaient été récemment enlevés.

Selon des sources confidentielles dignes de foi, les hommes enlevés ont été soumis à la torture et à d'autres mauvais traitements. Ils ont été forcés de dénoncer les autres personnes LGBTI qu'ils connaissaient. Novaya Gazeta a été en mesure de confirmer qu'au moins trois hommes ont été tués par leurs ravisseurs.

Les sources contactées affirment que de nombreuses personnes ont été tuées, y compris par des membres des familles à qui certains de ces hommes ont été rendus.

Le 4 avril, Novaya Gazeta a publié plusieurs témoignages révélant des informations sur des lieux de détention secrets en Tchétchénie où les hommes homosexuels qui ont été enlevés sont retenus et torturés.

 

Stop à l'homophobie en Tchétchénie

 

Signer la pétition

 

Pour Monsieur Aleksandr Ivanovich Bastrykin,

responsable du Comité d’enquête russe,
 

 

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 20:32

Voici une tribune co-signée par 61 associations dont le Centre Primo Levi,

publiée le 30 avril dans le Journal du Dimanche :

 

Refusons le repli sur soi et l’intolérance               Défendons la solidarité, l’égalité, les libertés et les droits pour tou.te.s
 

 

"Dans quelques jours, nous élisons un-e président-e de la République.

 

Pendant cinq ans, il ou elle aura le pouvoir de changer les choses. Pour le meilleur… ou pour le pire.

 

A la veille de cette élection aux enjeux majeurs, nous, organisations de la société civile, souhaitons lancer un cri d’alarme pour défendre les valeurs qui nous animent et qui constituent le socle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Ces valeurs sont celles de notre devise nationale : la liberté - de critiquer, de manifester, de penser autrement, de proposer des alternatives -, l’égalité - bien réelle entre toutes et tous, face à l’emploi, aux aides sociales, à l’accès aux soins et au socle de droits - et la fraternité - c’est-à-dire la générosité et l’humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé.

Beaucoup d’entre nous, beaucoup d’entre vous, observent avec effroi la mise à mal croissante des solidarités. Si la protection sociale assure toujours pour partie les solidarités à tou.te.s, elle ne permet plus à certain-e-s d’accéder à l’indispensable.

Nombreux se voient bafoués, ici, de leurs droits à l’emploi, au logement, à l’éducation, à la santé... et, plus loin, d’autres endurent la famine, la guerre, les dérèglements climatiques dans l’indifférence que nos solidarités internationales contribuent à combattre.

Notre société n’assure pas une vie digne à toute.s.

Nos organisations côtoient toutes celles et tous ceux qui peuvent être tenté-e-s par le découragement, la colère, l’indifférence ou l’opposition aux politiques qui n’ont pas répondu aux inégalités et à l’injustice que beaucoup ressentent. Elles constatent le foisonnement des initiatives, des propositions et alternatives que portent les citoyennes et citoyens, une citoyenneté active à laquelle elles participent pleinement.

C’est pour nous, organisations de la société civile, autant de raisons de repenser lors du prochain quinquennat nos interventions pour mieux interagir avec toutes celles et tous ceux qui ne croient plus à l’action collective et à la défense de nos idéaux. Protéger les valeurs universelles – liberté, égalité, fraternité -, c’est agir pour nos combats quotidiens, c’est choisir un modèle de société auquel le plus grand nombre aspire. C’est aussi promouvoir et accompagner la transition vers un autre modèle de développement, plus respectueux des impacts sociaux et environnementaux : un modèle de développement qui ne laisse aucune partie de la société au bord de la route.

Avec l’expérience des dernières décennies, la tentation est forte de considérer que nos combats ne se gagneront pas par le vote, qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de ce qui sortira des urnes.

Pourtant, si le meilleur n’est pas forcément garanti, le pire reste malheureusement possible.

Le pire, ce sont nos valeurs mises à sac. Le pire, c’est une remise en cause des droits qui ne seraient pas les mêmes pour tou.te.s, de la solidarité qui ne s’appliquerait pas à tout le monde et, pour garantir notre sécurité, le renoncement à nos libertés et l’affaiblissement de notre démocratie.

Nous ne pouvons pas rester spectateurs.

Mobilisons-nous face à celles et ceux qui prônent le rejet de l’autre et le repli sur soi. Il en va de la défense de nos valeurs les plus universelles, un enjeu majeur de cette élection."

Sont signataires les organisations suivantes :

ActionAid France - Peuples Solidaires, Aides, Alofa Tuvalu, Alternatiba, Animafac, ANV-COP 21, Association des Paralysés de France, ATTAC, CCFD Terre Solidaire, Centre Primo Levi, Ceras (Centre de recherche et d’Action sociale), Concordia, Coordination Sud, CRID, Emmaüs France, Etudiants et Développement, FADEAR, Fédération des acteurs de la solidarité, Fédération des associations de marocains en France, Fédération Loisirs Solidarité retraités, Fondation Abbé Pierre, Fondation Energies pour le Monde, Foodwatch, FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations), France Libertés, France Nature Environnement, France Terre d'Asile, Générations Futures, Greenpeace France, Hôtel social 93, JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), L'Auberge des Migrants, La Cimade, La Ligue de l'Enseignement, La Main Tendue, Les Amis de la Terre France, Ligue des Droits de l'Homme, LVN - personnalistes et citoyens, Maison des Potes, Médecins du Monde, MIRAMAP (mouvement inter-régional des AMAP), Mountain Wilderness France, Noé, OMPE (Organisation Mondiale pour le Protection de l'Environnement), ONE, Osez le féminisme !, Oxfam France, Pas sans Nous, Place to B, Planning familial, REFEDD, Réseau Action Climat, Réseau CIVAM, Secours Islamique France, Sherpa, Solidarité Laïque, SOS Racisme, Utopia 56, WWF, Zero Waste France

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 13:31

BIENVENUS ! (Welcome to Norway) Film de Rune Denstad Langlo (2016)

Quand on est propriétaire d’un hôtel quasiment en faillite dans les montagnes norvégiennes, est-ce que la solution ne serait pas de le transformer en centre d’accueil pour réfugiés pour profiter de subventions bien opportunes ? C’est le bon plan de Primus, hôtelier peu aimable et pas vraiment ouvert aux autres cultures… Mais voilà, la bonne idée de Primus ne s’avère pas si simple. Accueillir 50 personnes d’origines diverses, quand il faut compter en plus avec une femme déprimée, une ado rebelle, et des préjugés racistes, ça promet bien des déconvenues mais aussi, des heureuses surprises !

 

Cinéma de la Scène nationale d'Albi

Jeudi 20 avril à 20h30.

 

" Au-delà de cette comédie, j’aimerais que mon film nous incite à rester vigilants et prompts à faire la chasse aux préjugés, à ces mauvaises pensées, à ces violences qu’engendrent la peur et l’ignorance.
On a tous en nous des relents racistes qui ne demandent qu’à s’épanouir, alors qu’un peu de patience et de compréhension peut résoudre bien des problèmes.  "

 

Débat avec des militants d'Amnesty International

 

 

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 16:13
Droits humains et Elections Présidentielles

Les droits humains et les candidats à la présidentielle

Notre organisation a interpellé les candidats et candidates à la présidentielle et analysé certains points de leur programmes. Voici le résultat.

Il y a quelques mois, nous avons donc lancé un appel aux candidats pour qu’ils s’engagent sur dix points essentiels relatifs aux droits humains en France.

Nous avons également fait le choix de porter une attention particulière sur deux enjeux majeurs du débat électoral :

le respect des libertés individuelles et l'accueil des réfugiés.

Méthodologie :

Nous sommes une association indépendante de tout gouvernement et de toute tendance politique, et n'appelons donc à voter pour aucun.e candidat.e ou parti politique en particulier.

Cette analyse a été réalisée sur les programmes officiels des 11 candidat.e.s, disponibles sur leur site internet en date du 7 avril, ainsi que sur les éventuels livrets numériques complémentaires au programme. Elle ne prend pas en compte les déclarations des candidat.e.s.

Notre analyse ne porte pas sur la totalité des programmes : elle a été menée à l'aune de nos recommandations portant sur les thématiques des libertés individuelles et des réfugiés, en tenant compte de l'égalité d'accès aux droits pour tous :

Respecter les droits humains dans la lutte anti-terroriste

Respecter le droit à la vie privée

Garantir le droit de réunion

Protéger les réfugiés.

 

LIRE

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 14:05
Emission Radio Albigès Mars
Emission Radio Albigès Mars

C'est le dernier enregistrement de l'èmission "Les Chroniques Amnestiennes" sur les droits humains dans le monde;

Au programme :

- Rapport annuel Amnesty International dans le monde et en France

- Info ou Intox en France : Etat d'urgence, Immigration etc...

- Soutenir les femmes  au Mexique, en Iran, en Turquie et les jeunes filles mariées de force au Burkina Faso;

- Accueil des immigrés en Hongrie; la honte....

 

A écouter et faire écouter

Soutener toutes ces actions en signant les pétitions sur le site :

amnesty.fr

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 18:10

6EME ANNIVERSAIRE DE LA CRISE SYRIENNE -

RASSEMBLEMENT SAMEDI 18 MARS A 14H30

PLACE DU CAPITOLE A TOULOUSE

 
 


 

Six ans après les premières manifestations en Syrie, la situation dans le pays constitue aujourd’hui l’une des pires catastrophes humanitaires de notre époque. Pour briser le cycle de la violence qui détruit le pays, il est indispensable que les responsables rendent des comptes.
 
Alors que la Cour Pénale Internationale est bloquée depuis des années en raison du veto russe et chinois, il existe d’autres moyens pour essayer de briser la spirale d’impunité pour les crimes commis en Syrie. En parallèle aux actions pour faire cesser le bain de sang en Syrie, il est indispensable de mettre un terme à l’impunité des auteurs d’atrocités de masse.
 
En ce mois de mars 2017, qui marque le 6ème anniversaire du conflit, plusieurs rassemblements en solidarité du peuple syrien auront lieu en France, autour du 18 mars.
 

A Toulouse l'association « TOULOUSE SYRIE SOLIDARITÉ » appelle à un rassemblement

le samedi 18 mars à 14h30 place du Capitole.

 

En tant que militant.e.s d’Amnesty International France, nous vous incitons à vous joindre à ce rassemblement. Nous porterons ensemble, haut et fort, notre message pour la protection de la population civile et contre l’impunité des responsables des crimes de guerre et contre l’humanité en Syrie.

 

Pas d'impunité  pour les crimes commis en Syrie

SIGNEZ LA PETITION

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 16:37

 

2016 : un monde de plus en plus divisé et dangereux

Les dirigeants du monde entier ont multiplié

les discours de haine et de peur

favorisant le repli identitaire,

développant une rhétorique du « nous contre eux ».

Des discours qui menacent directement

les droits et libertés de milliers de personnes.

Une réthorique dangereuse

Les droits humains sont de plus en plus menacés et remise en cause par la multiplication des  discours des dirigeants politiques fondés sur la peur, l'accusation et la division pour remporter le pouvoir.

Les réfugiés, premières victimes

36 pays

ont violé le droit international en renvoyant illégalement des réfugiés dans des pays où leurs droits étaient menacés.

Tous les droits sont menacés

Partout dans le monde, la liberté d’expression est menacée par une vague de répression très vive qui frappe la Chine, l’Égypte, l’ Éthiopie, l’ Inde, l’ Iran, la Thaïlande ou en encore la Turquie. Celles et ceux qui s'opposent aux autorités et dénoncent ces discours, sont les premières cibles présentées souvent comme des obstacles au développement économique, à la sécurité ou à d'autres priorités.

Dans 22 pays,

des personnes ont été tuées pour avoir pacifiquement défendu les libertés fondamentales.

 

Partout dans le monde, des gouvernements restreignent les libertés publiques au nom de la lutte contre les menaces terroristes. Des mesures de sécurité intrusives ont ainsi été adoptées, tel l’état d’urgence prolongé pour la France ou une série de lois sur la surveillance au Royaume-Uni.

 

Partout dans le monde, les discriminations augmentent. La politique de l'« homme fort » se traduit par une montée de discours antiféministes et défavorables aux lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). La tendance est mondiale et fait craindre une multiplication d’ attaques fondées sur l'origine ethnique, le genre, la nationalité et la religion.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres
Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 13:29

Des  nouveaux chroniqueurs pour le dernier enregistrement des "Chroniques Amnestiennes" sur les droits humains dans le monde en pleine action :

  1. Les migrants à la Frontière franco-italienne;
  2. La liberté d'expression en Egypte,
  3. L'enfer dans la Prison Syrienne de Saidnaya ,

A écouter sans modération

Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 14:04
 

 

 
Entre 2011 et 2015, chaque semaine, des dizaines de prisonniers ont été exécutés. Des pendaisons de masse réalisées dans le plus grand secret lèvent le voile sur une véritable politique d’extermination.
 
Dans cette prison, les pendaisons se sont déroulées une à deux fois par semaine, habituellement le lundi et le mercredi, au milieu de la nuit.
 
DES PENDAISONS DE MASSE CHAQUE SEMAINE
 
En cinq ans, pas moins de 13 000 personnes ont été pendues en secret à Saidnaya.
 
Jusqu'à 50 personnes peuvent être pendues en une seule nuit. Les corps des victimes sont emportés en camion et enterrés secrètement dans des fosses communes. Leurs familles ne sont pas informées du sort qui leur a été réservé. On assure aux détenus qu'ils vont être transférés dans une prison civile en Syrie. Au lieu de cela, ils sont emmenés dans une cellule située au sous-sol de la prison, où ils sont passés à tabac. Ils sont ensuite transférés vers un autre bâtiment de la prison, toujours sur le site de Saidnaya, où ils sont pendus. Pendant tout le processus, les victimes gardent les yeux bandés. Elles ne savent pas quand ni comment elles vont mourir, jusqu'à ce que la corde leur soit passée autour du cou.
 
« Ils les laissent [se balancer] là pendant 10 à 15 minutes. Certains ne meurent pas parce qu'ils sont légers. Surtout les jeunes, car leur poids ne suffit pas pour les tuer. Des assistants les détachent alors et leur brisent la nuque ».
 
Un ancien juge qui a assisté aux pendaisons.
 
Des détenus emprisonnés dans les étages situés au-dessus de la « salle d'exécution » ont signalé qu'ils entendaient parfois le bruit de ces pendaisons.
 
« En collant l'oreille contre le sol, on pouvait entendre un bruit, comme une sorte de gargouillement. Cela durait environ 10 minutes... Nous dormions au-dessus de personnes en train de mourir étouffées. Cela me paraissait normal à ce moment-là ».
 
« Hamid », ancien militaire arrêté en 2011.
 
UN VÉRITABLE ABATTOIR HUMAIN
 
Des victimes de Saidnaya ont livré des témoignages effrayants quant à la vie à l'intérieur de la prison. Ils évoquent un monde soigneusement pensé pour humilier, dégrader, rendre malade, affamer et au final tuer ceux qui s'y trouvent enfermés.
 
Le sol des cellules est couvert de sang et de pus émanant des blessures des prisonniers.
 
Nombre des prisonniers ont déclaré avoir été violés ou parfois contraints de violer d'autres détenus. La torture et les coups sont infligés régulièrement en vue de sanctionner et d’humilier, entraînant souvent des lésions durables, des handicaps, ou la mort. Les cadavres des détenus sont ramassés par les gardiens chaque matin, vers 9 heures.
 
« Chaque jour, il y avait deux ou trois morts dans notre aile… Je me souviens que le gardien nous demandait combien il y en avait. Il disait : « Cellule n° 1 – combien ? Cellule n° 2 – combien ? Et ainsi de suite... »
 
« Nader », ancien détenu de Saidnaya.
 
La nourriture et l'eau sont régulièrement supprimées. Lorsque les gardiens apportent la nourriture, ils la jettent bien souvent sur le sol des cellules, où elle se mêle au sang et à la saleté. Les rares personnes qui arrivent à sortir de Saidnaya font en général la moitié du poids qu'elles avaient en arrivant. Par ailleurs, Saidnaya est régie par son propre ensemble de « règles spéciales ». Les prisonniers ne sont pas autorisés à faire du bruit, à parler ni même à chuchoter. Ils sont contraints d'adopter certaines positions lorsque les gardiens entrent dans les cellules, et le seul fait de regarder les gardiens peut leur valoir la mort.
 
 
 
 
UNE POLITIQUE D’EXTERMINATION
 
Le but de cette politique et ces pratiques qui s’apparentent à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, approuvées au plus niveau du gouvernement syrien, est d’écraser toute forme de dissidence au sein de la population.
 
Aucun prisonnier condamné à la pendaison à la prison de Saidnaya n'a été jugé dans le cadre de ce qui pourrait ressembler à un véritable procès. Avant d'être pendues, les victimes ont droit à une procédure sommaire, qui dure une ou deux minutes, devant le soi-disant « tribunal militaire opérationnel ». Elle est si sommaire et arbitraire qu'il est impossible de la considérer comme une procédure judiciaire.
 
Les témoignages d'anciens représentants du gouvernement, gardiens, juges et détenus permettent de se faire une idée précise de la procédure grotesque qui conduit aux pendaisons. L'ancien juge d'un tribunal militaire syrien a ainsi déclaré que le « tribunal » fonctionne en dehors des règles s'appliquant au système légal syrien.
 
« Le juge demande le nom du prisonnier et s'il a commis le crime concerné. Qu'il réponde oui ou non, il sera déclaré coupable... Ce tribunal n'a rien à voir avec l'état de droit. Ce n'est pas un tribunal ».
 
Ancien juge d’un tribunal militaire
 
Les condamnations prononcées par ce soi-disant tribunal se fondent sur de faux « aveux » extorqués sous la torture. Les détenus ne sont pas autorisés à consulter un avocat et n'ont pas la possibilité d'assurer leur défense – la plupart ont été soumis à des disparitions forcées, détenus dans des lieux secrets et coupés du reste du monde. Ceux qui sont condamnés à mort ne l'apprennent que quelques minutes avant d'être pendus.
 
 
Les conclusions de ce rapport se fondent sur un travail de recherche poussé, mené sur une année, de décembre 2015 à décembre 2016. Au cours de nos recherches, nous nous sommes entretenues directement avec 84 témoins, dont des anciens responsables ou gardiens de la prison de Saidnaya, des anciens détenus, juges et avocats, ainsi que des experts nationaux et internationaux de la détention en Syrie.
 
Dans notre rapport précédent publié en août 2016, nous avons dévoilé que plus de 17 000 personnes sont mortes dans les geôles syriennes en raison des conditions inhumaines et de la torture, depuis le début de la crise qui a éclaté en Syrie en 2011. Ce chiffre n'englobe pas les 13 000 morts causées par les exécutions extrajudiciaires exposées dans le présent document.
 
LES POURPARLERS DE PAIX, UN ESPOIR POUR LES VICTIMES DE SAIDNAYA ?
 
Les prochains pourparlers de paix sur la Syrie à Genève ne sauraient passer ces conclusions sous silence. Mettre fin à ces atrocités dans les prisons de l'État syrien doit figurer à l'ordre du jour. L'ONU doit immédiatement ouvrir une enquête indépendante sur les crimes commis à la prison de Saidnaya et exiger que des observateurs indépendants puissent se rendre dans tous les lieux de détention.
 
Nous enjoignons aux autorités syriennes de mettre fin sans délai aux exécutions extrajudiciaires, à la torture et aux autres traitements inhumains dans la prison de Saidnaya et dans toutes les prisons gérées par le gouvernement à travers le pays.
 
La Russie et l'Iran, les plus proches alliés du régime syrien, doivent faire pression pour que cessent ces pratiques de détention meurtrières.
 

AGIR

 
STOP A L'HORREUR DANS LES PRISONS SYRIENNES !
 
Interpellez les gouvernements des États-Unis et de la Russie
 
 
 
Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 17:09

ONE BILLION RISING - EDITION 2017 A TOULOUSE LE 14 FEVRIER

 
 


 

L’antenne Jeunes d’Amnesty International Toulouse vous invite à venir nombreux
 
le mardi 14 février place du Capitole de 17h à 18h
 
pour danser sur notre chorégraphie contre les violences faites aux femmes dans le monde entier ! Un moment d'échanges, de partage et de rencontres.
 
Venez aux couleurs de « One Billion Rising » : rouge et noir.
 
1 femme sur 3 à travers la planète sera battue ou violée pendant sa vie. Chaque mois de février, nous nous élevons à travers la danse pour exprimer la joie et la communauté et célébrer le fait que nous ne sommes pas vaincus par cette violence. Nous nous levons pour montrer que nous sommes déterminés à créer un nouveau type de conscience - celle où la violence sera résistée jusqu'à ce qu'elle soit impensable.
 
« One Billion Rising » est la plus grande action de masse pour sensibiliser à la violence faite aux femmes. Le nom du mouvement (« 1 milliard à se lever ») vient de chiffres alarmants de l'ONU : « 1 milliard de femmes dans le monde seront violées ou battues au cours de leur existence ». Eve Ensler, Docteurs Honoris Causa 2015 de l'UCL (Université Catholique de Louvain) est à l'initiative de ce projet mondial.


 

 
 

 

 

 

Contact Antenne Jeunes Amnesty Toulouse : amnesty.jeunes.toulouse@gmail.com
Publié par Amnesty Groupe Albi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Amnesty International Albi
  • Le blog d' Amnesty International  Albi
  • : Blog du groupe d'Albi (Albi, Gaillac, Carmaux....)
  • Contact

Emissions mensuelles Radio Albigès

Les Chroniques amnestiennes sur les droits de l'homme dans le monde

4ème lundi de chaque mois à 14h30 et 22h30 puis le vendredi de la même semaine à 13h.

https://hearthis.at/amnestyinternationalalbi-tb/

Actions Urgentes

Interview de Cathy Mayor, responsable Action urgente à Amnesty France

Vous pouvez agir de manière directe et rapide, avec 12 000 autres personnes en France, en faveur de personnes dont l'intégrité physique ou la vie sont menacés de manière imminente .

https://hearthis.at/amnestyinternationalalbi-tb/